• Paul Bron Go citoyenneté

    Paul Bron Go citoyenneté

    1ère intervention : Réponses aux questions du Collectif

    Mettre un coup d’arrêt aux réformes/mesures d’urgence


    ► Go citoyenneté n’est pas un parti national, mais un mouvement local citoyen de gauche impliqué dans la vie municipale de Grenoble. Il n'a donc pas de candidat aux élections présidentielles. Il répond donc à partir de ce cadre. " jJ suis moi-même adjoint à l'éducation à Grenoble"
    ► L’école est attaquée de toutes part depuis quelques années, ce qui conduit à une perte de confiance et peut créer un contexte propice au changement. Les enquêtes européennes montrent qu'en France les inégalités éducatives se renforcent,  en exacerbant les extrêmes et en donnant une importance démesurée au statut social des parents.
    ► Il met en avant que les questions d’éducation sont plus larges que le seul cadre scolaire et qu'elles impliquent de prendre en compte tous les acteurs de l’éducation : les parents d'élèves , les associations de l’éducation populaire, les structures de quartier. Il nous faut tenir compte aussi d'un nouvel espace celui du numérique.
    L’urgence, c’est de réfléchir globalement avec les acteurs, de sortir du cadre habituel, d’ouvrir les portes de l’école,  d'expérimenter de nouveaux espaces éducatifs autour d'équipes d'enseignants (notamment sur les rythmes scolaires). Aller plus loin dans les projets éducatifs locaux de territoire.  
    ► Accord pour une nouvelle loi d’orientation et pour augmenter le nombre d'enseignants, mais en répondant à la question : pour quoi faire ? Il faut clairement faire le choix de plus de moyens dans les quartiers populaires pour réduire les inégalités éducatives.
    ► Les réformes de Sarkozy représentent tout ce qu’il ne fallait pas faire : sur les rythmes scolaires, sur le droit d’accueil en cas de grève, sur l’assouplissement de la carte scolaire, sur la formation des enseignants, sur l’évaluation des maîtres ou des maternelles …. Mais attention ce n’est pas en faisant le contraire de Sarkozy qu’on instaurera une école émancipatrice.

    2ème  intervention : réponses aux questions de la salle

    ► Aujourd’hui l’école n’est pas sur le registre de l’émancipation de l’individu. Elle est centrée surtout sur les savoirs fondamentaux, aux dépends des l'apprentissage sociaux et citoyens, de  la formation de l'esprit critique, du lien social, de l’interculturalité. Elle s'est aussi caporalisée.
    ► Il faut travailler à l’implication des parents bien sur, afin qu'ils soient de vrais partenaires. Mais il est nécessaire aussi d'impliquer les enfants et les jeunes qui sont les grands oubliés des réformes, afin qu’ils deviennent acteurs de leurs apprentissages.
    ► L’évaluation doit porter sur les processus de progrès par rapport à soi-même et pas mettre en concurrence les uns par rapport aux autres.

    3ème intervention : Réponses aux questions du Collectif

    Construire un projet de transformation du système éducatif et de formation

    ► Il souligne l’importance de l’Appel de Bobigny, une initiative collective remarquable et pense qu’il peut constituer une plateforme commune de gouvernement. Il mentionne également sa participation au  Réseau français des villes éducatrices.
    ► Importance de la petite enfance. Besoin d’un service public de la petite enfance et de rendre l’école obligatoire à 3 ans, afin de consolider l’école maternelle. Il plaide pour l’entrée à l’école dès 2 ans (il signale que les capacités langagières d’un enfant de cadre à l'âge de 3 ans, aurait 9 mois d’avance sur celles des enfants de classe populaire) avec mise en place de classes passerelles pour les enfants qui n’ont pas fréquenté de structures collectives avant la maternelle.

    4ème intervention : réponses au questions de la salle

    ► Certains thèmes demandent un travail affiné.
    ► La question public/privé est une question difficile qui nécessite état des lieux et débats. Mais il faut absolument que l’école publique soit "son propre recours", afin que, en cas de difficultés, les familles aient d’autres alternatives que le privé. L’école publique doit être l’école de tous.
    ► Importance de pouvoir expérimenter et avec les moyens nécessaires : pas seulement des expérimentations individuelles comme c’est le cas aujourd’hui, mais un système qui permette d’innover autour  d'un travail collectif, d'un travail d'équipe, avec l'instauration d'un observatoire de suivi, de soutien et d'évaluation.
    ► Concernant la restauration scolaire : un débat sur les repas sans viande, a eu lieu à Grenoble, 12 associations ont été consultées. Il a abouti à un accord partagé par tous les groupes politiques de la majorité municipale et a été mis en place il y a un an, en plus du repas classique.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :