• Marie-France Vieux-Marcaud PCF

    Marie-France Vieux-Marcaud PCF

    1ère intervention : Réponses aux questions du Collectif


    Mettre un coup d’arrêt aux réformes/mesures d’urgence

    Paradoxe entre l’essor des capacités humaines et des savoirs, des besoins d’élévation des formations et l’incapacité actuelle du système éducatif à répondre à ces défis. Il renforce les inégalités au lieu de les résorber.
    ► Ce n’est pas que l’école, mais tout le système de solidarité qui est dans le collimateur du gouvernement (Allocations familiales, Sécurité sociale, retraites…).
    ► Ces défis doivent être pris à bras-le-corps dès 2012, sans statu quo ni retour à avant. Besoin de rupture, dont un nouveau projet éducatif avec des objectifs revus, des contenus repensés, des rapports différents entre enseignants, parents, élèves, un nouveau fonctionnement démocratique.
    ►Les mesures immédiates :
    •    Annuler les réformes en cours.
    •    Lancer le débat sur les missions/finalités de l’école. Il concerne la nation entière.
    •    Repenser l’école à partir de l’humain, l’enfant, le jeune, son épanouissement individuel et collectif.
    •    Un plan de lutte contre les inégalités.
    •    Penser service public national, gratuité de l’école (compétence nationale aujourd’hui de plus en plus assurée par les collectivités territoriales).
    •    Recréer les 80 000 postes supprimés dont on ne peut se passer.
    •    Revenir sur la formation des profs (situation catastrophique).
    •    Trouver les moyens pour l’application de ces mesures. Le PCF propose de consacrer 7% du PIB au budget de l’état à l’éducation nationale. (Aujourd’hui, l’ensemble de la dépense pour l’éducation est de 7% du PIB, l’état n’y contribuant qu’à 65%, les Collectivités pour 20%, les familles pour 8%).

    2ème  intervention : réponses aux questions de la salle

     

    Oui pour prendre le temps du débat, mais besoin de mesures d’urgence pour relever les défis.
    ► Oui à l’annulation des sanctions contre les enseignants désobéisseurs et les directeurs qui ont refusé base élèves.
    ► Oui pour favoriser l’implication des élèves et celle des collectivités locales. Celles font déjà beaucoup notamment au travers des contrats éducatifs locaux, mais elles n’ont pas à se substituer à la responsabilité nationale.
    ► La revalorisation des salaires des enseignants : le Front de Gauche et son candidat, JL Mélanchon,  propose de porter le SMIC à 1700€ avec ses répercussions sur l’ensemble des grilles salariales.
    ► Concernant Mounier, Elle dit avoir été atterrée par la méthode utilisée par le président du Conseil régional aujourd’hui remise en cause par la justice.

    3ème intervention : Réponses aux questions du Collectif

    Construire un projet de transformation du système éducatif et de formation

    Ne pas avoir peur des ruptures car elles sont attendues autant pour l’école que pour le système économique.
    ► Il faut un projet éducatif qui affronte les défis d’une école de la réussite pour tous : égalité d’accès et de réussite en prenant pour modèle l’élève qui n’a que l’école pour apprendre. Tous les enfants sont éducables ce qui nécessite la prise n compte de la diversité culturelle.
    ►Les moyens : ils doivent être attribués en priorité là où on en a le plus besoin.
    ►Les expérimentations : Elles existent, elles ont lieu, le problème est de les prendre en compte : l’école ne fonctionne que grâce à la conscience professionnelle des enseignants et personnels et à la confiance des parents.
    ►Oui, l’école doit donner les moyens de faire société, de comprendre le monde et d’y agir : c’est le sens de l’exigence d’une culture commune de haut niveau pour tous.
    ►L’enseignement professionnel est à revaloriser absolument : la culture commune doit concerner les trois voies de formation. C’est le seul moyen pour que les élèves de la voie professionnelle ne soient pas tenus à l’écart. Intégrer la culture du travail, des métiers.
    ►Concernant l’apprentissage, elle pense que si les élèves bénéficiaient d’une allocation d’autonomie, ils seraient moins attirés par l’apprentissage. L’alternance est une méthode pédagogique reconnue, mais elle ne doit pas être un moyen de faire travailler les jeunes au rabais.

    4ème intervention : réponses au questions de la salle

    ► Les collectivités territoriales (communes, départements, régions) sont déjà en soutien actif par rapport à l’Education nationale. Elles font déjà parfois plus que l’État. Il y a des concertations, des projets partagés. Il faut voir lucidement le risque de transfert de compétences et de désengagement de l’État. Elle émet l’espoir de pouvoir travailler entre l’État et les collectivités territoriales sans ce risque après 2012.
    ► Elle pense qu’il y a une commande politique : celle qui conduit à une société inégalitaire en formant une élite et en laissant les autres en chemin. C’est pourquoi le PCF est attaché au cadre national : on ne doit pas territorialiser les politiques éducatives. Le PCF ne partage pas la proposition d’Alain Rousset (PS), Président de l’ARF (Association des régions de France) de transférer aux régions des compétences nationales comme, entre autres,  la formation professionnelle (y compris les lycées professionnels) dans le cadre d’une Acte III de la décentralisation.
    ►Importance de la question démocratique. La participation des élèves : Ils doivent être associés et considérés comme des citoyens en formation. Les parents : rôle trop secondaire aujourd’hui. Les instances existantes (CE, CA, CDEN…)  fonctionnent comme des chambres d’enregistrement. Il faut bouleverser la situation pour qu’ils participent aux prises de décision. Enfin, il faut conquérir le pluralisme réel, notamment dans le domaine de l’édition des manuels scolaires aux mains de quelques grands groupes (80% édités par Lagardère et  le groupe du Baron Antoine Sellière).


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :