• Alain Dontaine PG

    Alain Dontaine PG


    1ère intervention : Réponses aux questions du Collectif


    Mettre un coup d’arrêt aux réformes/mesures d’urgence

    ► Il souhaite partir de l’Europe et de la stratégie de Lisbonne qui a stipulé que le système éducatif doive promouvoir l’économie de la connaissance en vue de soutenir la compétitivité à l’échelle mondiale. C’est une vision utilisatrice de l’école au service de l’entreprise. Il faut rompre avec cette logique, l’école n’est pas au service de l’économie. Il faut refonder l’école de la République en s’appuyant sur les principes de gratuité et de laïcité nécessaire pour qu’elle accomplisse sa tâche émancipatrice.
    ► Il faut remonter aux difficultés actuelles de l’école :
    •    Revenir sur le fichage des élèves qui brouille le sens même du métier à l’école primaire.
    •    L’autonomie des établissements est destructrice du cadre national et de l’égalité républicaine. Elle favorise l’esprit de compétition qui mène à la catastrophe. La suppression de la carte scolaire, qui permet la fuite des élèves des catégories sociales favorisées, accentue la concurrence et accroît la ségrégation sociale.
    ► Il se prononce contre le socle commun qui ne garantit que le minimum pour tous et favorise les compléments de formation par recours aux officines privées. Exigeons une culture commune.
    ► Pour les personnels : il y a urgence à supprimer la précarité et prévoir des mesures de titularisation ; urgence d’une vraie formation professionnelles d’enseignants fonctionnaires. Etre fonctionnaire n’est pas un métier comme les autres, c’est assurer une mission au service de la République.

    2ème  intervention : réponses aux questions de la salle

    Accord pour revenir sur les sanctions contre les enseignants et les directeurs qui ont refusé Base élèves.
    ► Importance pour le PG de la formation en Lycée professionnel et technologique et d’une orientation choisie. Sarkozy a poussé jusqu’au bout la fonction de sélection de l’école en s’appuyant sur le principe libéral de l’égalité des chances. Le PG y oppose le principe de la réussite scolaire pour tous.
    ► Il faut se battre contre les pratiques de notation couperet qui oriente par défaut dans la voie professionnelle.
    ► Il faut trouver les moyens de diversifier l’enseignement au sein des collèges pour valoriser tous les élèves en tenant  compte de leurs goûts et compétences.

    3ème intervention : Réponses aux questions du Collectif

    Construire un projet de transformation du système éducatif et de formation

    Il faut admettre que face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout. Mais on sait que moins il y a d’inégalités dans la société, moins il y a d’inégalités scolaires. Aujourd’hui, les écarts de résultats scolaires s’accroissent : il faut cesser d’accuser les enseignants, mais reconnaître que précarité et chômage ne peuvent qu’accentuer les inégalités.
    ► Il faut se tourner vers le politique et se demander quelle est la mission confiée par la République à ses enseignants. Il n’y a aujourd’hui aucune mission de service public : privés de formation initiale et continue, les enseignants se débrouillent. Il faut redonner à l‘école sa mission de justice sociale et de lutte contre les inégalités.
    ► Repenser une réelle gratuité. Il signale que, par exemple, il faut payer aujourd’hui pour passer le bac.
    ► Le PG se prononce pour des efforts budgétaires prioritaires en faveur des établissements professionnels et techniques.
    ► Importance de lutter contre les inégalités territoriales.

    4ème intervention : réponses au questions de la salle

    Concernant le privé, le PG se prononce pour réserver les financements publics à l’enseignement public. Un principe à mettre en œuvre progressivement.
    ► Il dénonce le soutien scolaire privé qui puise dans les difficultés de l’école pour se développer. Le soutien doit être organisé dans le service public.
    ► Il signale la proposition du Front de gauche de mettre en place des observatoires des inégalités, celles-ci ne relevant pas que de l’école. Il s’agit d’associer les parents et les élèves.
    ► La recherche pédagogique et l’innovation nécessaires ne doivent pas empiéter sur la liberté pédagogique des enseignants.
    ► Il rappelle enfin que, pour  la formation du citoyen, il ne peut y avoir formation de l’esprit critique sans connaissances.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :